Une chapelle sur la Seine

Cette fois, ça y est, le (vrai) printemps est là et Les Croqueuses se sont retrouvées, toutes les quatre, pour leur premier (vrai) rendez-vous de l’année ! D’ailleurs, nous étions plus qu’au complet, puisqu’une invitée nous accompagnait. Mais, en attendant de vous raconter tout cela dans nos prochains articles, nous vous proposons une visite insolite, sur la Seine et en banlieue…

Connaissez-vous Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines ? En transilien (ligne J) on y est en 30 minutes à peine depuis Saint-Lazare. Et savez-vous que, chaque 3ème week-end de juin depuis 1960, la « Capitale de la Batellerie » démarre l’été en fanfare en célébrant son « Grand Pardon » ? Eh bien, l’année dernière, à la veille de ces festivités, nous sommes montées sur une péniche « pas comme les autres » et nous l’avons croquée.

Amarrée quai de la République, celle-ci ne transporte plus de charbon comme à l’origine : rebaptisée Je Sers et consacrée à Saint-Nicolas, elle est devenue le « bateau-chapelle » des bateliers de Conflans. Destiné à l’entraide au sein de cette communauté, le Je Sers s’est progressivement diversifié en portant assistance aux personnes en difficulté, quelle que soit leur provenance. Depuis 2014, des réfugiés tibétains y sont accueillis par La Pierre Blanche – une association que Les Croqueuses croiseront le lendemain au No Mad Festival, à Pontoise.

En ce vendredi après-midi, veille de « Pardon National », on s’active à mille préparatifs sur les quais. Nous nous engouffrons volontiers dans le ventre du bateau, à l’abri de l’agitation et des essais micro. Silencieux, chaleureux, apaisant… l’endroit est tout simplement accueillant. L’habillage en bois y est pour beaucoup, côté chapelle comme côté foyer. Vous le verrez sur les photos, de nombreux éléments relatifs à la batellerie signent l’appartenance du lieu à sa communauté, lui donnant un caractère unique. Mais on y trouve aussi tous les attributs symboliques et architecturaux d’une église – nef, chœur, abside, vitraux, statuaires et mobilier… dont une partie réalisée par Paul Croixmarie, sculpteur à l’origine d’un certain renouveau de l’Art Sacré dans les années 20.

Après une sortie au grand air sur l’île Nancy – non sans quelques pitreries… – le calme du bateau-chapelle nous fait le plus grand bien. Sur la pointe des pieds, chaque Croqueuse circule avant de choisir son angle d’attaque. Aurélie se chargera de Jésus et Anne de la Vierge Marie. Fabienne croquera le chœur et Véronique une vue d’ensemble – ses trois camarades comprises – depuis l’entrée.

Au fur et à mesure que les dessins avancent, la nef se remplit pour la messe. Bientôt le prêtre entre en scène – en Seine ? Les Croqueuses restent encore un peu, bercées par les chants religieux, avant de fermer leurs carnets pour retourner dehors, sous le soleil et les guirlandes multicolores : place à la fête et vive le « Grand Pardon » de Conflans ! 

Publicités
Notre-Dame croquée depuis Paris-Plages (août 2018)

Notre-Dame sur Instagram

Rien que pour vous, chers visiteurs qui lisez ici nos articles mais n’avez peut-être pas (encore ?) Instagram pour y suivre nos publications plus régulières, un petit rattrapage au sujet de Notre-Dame…

À noter que ce dessin a beaucoup circulé sur le Net et les réseaux, parfois sans même que son autrice soit citée/taguée/créditée par les internautes. Heureusement, ce ne fut pas le cas de l’article du Figaro. Bravo miss Aurélie !

View this post on Instagram

😢 { Triste nouvelle } 💔 Repost #croquis 📸✏ de notre Croqueuse Aurélie @missglobecroqueuse, qui a suscité beaucoup d'émotion sur les réseaux avec cette #illustration témoignant de sa tristesse et de son espoir. Nous sommes si tristes… Et très reconnaissantes envers les @pompiers_paris d'avoir sauvé la structure et les splendides rosaces. Ils ont fait un travail formidable. ⛑🙏🏻 Maintenant, reste à la reconstruire et reconstruire nos coeurs, même si elle ne sera plus jamais la même. 💔😭 PS : si vous souhaitez partager ce #dessin, n'oubliez pas de mentionner/taguer @missglobecroqueuse. 😘🙏🏻. Merci à vous. Haut les coeurs les Crocoeurs. 💔😚 . . . . #parislovers #lescroqueusesdeparis #dessindepresse #drawingforparis #notredameenfeu #notredamedeparis #tristesse #notredameincendie #toureiffel #illustratrice #notredrame #newsparis #prayforparis #prayfornotredame #jesuisnotredame

A post shared by 4 amies artistes et gourmandes (@lescroqueusesdeparis) on

Un Paris très Orthodoxe

Au cœur du XIXème arrondissement, tout près des Buttes Chaumont, au numéro 93 de la rue de Crimée, se trouve le très officiel Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge de Radonège et son église étonnante. Ancienne paroisse protestante à l’abandon, elle est acquise le 18 juillet 1924, jour de la Saint Serge, par l’Église orthodoxe. (Jusqu’à la Première Guerre mondiale, elle accueillait de nombreux émigrés allemands qui laissèrent place, après la Révolution de 1917, aux réfugiés russes arrivés à Paris.)

On y trouve également une librairie religieuse, mais surtout une bibliothèque faisant référence, avec un fonds de plus de 35 000 volumes en russe, français, grec, serbe, allemand et anglais.

De la rue, on ne devine rien. Seul un symbole couronnant le portail peut confirmer au visiteur un peu curieux qu’il est bien arrivé. Passée la première courette en longueur, on entre dans un véritable îlot de verdure. Au centre, émerge des arbres cette architecture pleine de charme, ornée de bois coloré. Les peintures, à l’intérieur, sont l’œuvre du peintre russe Dmitri Semionovitch Stelletsky.

Lors de notre séance, le Pope – Milan, de son prénom – fera son apparition, visiblement ravi de nous trouver concentrées sur nos croquis, les oreilles disponibles pour le récit de cette histoire !

Un thé à la Mosquée

Tout près du Jardin des Plantes, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, se trouve l’un des salons de thé les plus courus de Paris : celui de la Grande Mosquée. Le premier espace extérieur, toujours découvert, est à notre avis le plus agréable. D’ailleurs, il est plein ! Le second, à l’abri sous un ciel de bâches claires, devient vite intenable quand la température monte – peut-être la découvre-t-on l’été ? – mais l’hiver, c’est un vrai bonheur.

Avant même de goûter au thé à la menthe et aux pâtisseries, le décor nous transporte au Maghreb. Les murs couverts de faïences, la fontaine – où les moineaux du quartier font des concours d’ablutions fort démonstratives – et la végétation méditerranéenne, tout est motif à sortir son carnet, tout est à dessiner ! (Même le carrelage des toilettes !)

Les doigts couverts de sucre, nous promettons de revenir y croquer un peu plus que ces délicieuses cornes de gazelle…