♪♫ Si par hasard… ♫♪

Quel meilleur point de vue sur le Pont Neuf que depuis son joli voisin, celui des Arts ? Un pont d’autant plus agréable qu’il est piéton. Oh ! Mais alors, il s’agit plutôt d’une voisine : une « passerelle » précisément. Saviez-vous que celle-ci ne date que de 1984 ? Certes, ses architectes ont repris le plan de la précédente, construite en 1803, mais en réduisant le nombre des arches et usant de matériaux différents. Adieu la pierre, adieu le fer… et vive le béton et l’acier !

UNE VIE DE PONT

Il faut dire qu’à Paris, la vie d’un pont n’est pas de tout repos. Si la première passerelle des Arts a été démolie, c’est qu’elle avait été dangereusement fragilisée. D’abord par les bombardements des Première et Seconde Guerres mondiales. Puis par trois collisions de bateaux, entre 1961 et 1979. Pourtant, bien que le contexte ait évolué vers une ambiance générale plus sereine, le nouveau Pont des Arts n’en a pas moins risqué d’autres dommages…

En 2008, l’idée vient en effet aux amoureux du monde entier – on sait comment ! – de sceller leur union en accrochant un cadenas aux grilles du pont, avant de lancer la clé dans les eaux du fleuve. (Oh là là, quel romantisme !) Cette pratique a duré plusieurs années sans qu’on s’en soucie, mais quand l’un des grillages a cédé sous le poids de « l’amour » il a fallu trouver une solution. C’est ainsi qu’un nouveau matériau a fait son entrée sur le pont : le verre.

TOUJOURS DESSUS !

Bon, de toutes façons, pour Les Croqueuses, le matériau idéal restera toujours le papier ! Donc, en ce début d’après-midi chaud et ensoleillé, nous nous installons face au Pont Neuf et ouvrons nos carnets. Pour une fois, nous avons décidé de venir sans notre caméra. Il faut dire qu’après deux jours de No Mad Festival – génial mais intense – nous avons besoin d’une sortie tranquille, juste pour profiter du plaisir d’être ensemble dans « la plus belle ville du monde » et de la dessiner. Mais ça… c’était avant de croiser Klaus, le serial YouTubeur du Pont des Arts, qui fera de nous ses vedettes d’un jour !

Car nous ne le savions pas mais depuis des années, Claude vient quotidiennement sur ce pont et filme ce qui s’y passe d’intéressant, de drôle ou d’étonnant. Peintres, musiciens, sportifs, amoureux, passants, touristes et farceurs de tout poil… c’est simple, en vous baladant sur sa chaîne, vous croiserez le monde entier. Aucun doute, ce retraité bien facétieux fait partie, comme nous, de la G.C.C.G. – la Grande Confrérie des Curieux Généreux, ceux qui sont à l’affût des petits bonheurs de la vi(ll)e et aiment à les partager gratuitement autour d’eux ! (Merci !)

LE PONT DES SOURIRES

Ce jour-là d’ailleurs, Les Croqueuses ont eu droit à une double dose de rencontres. Car après le passage de Claude, nous ferons la connaissance d’un jeune carnettiste en herbe : Andrew, 8 ans, venu des États-Unis découvrir Paris avec ses parents. Nous voyant dessiner, il a ouvert son sac, sorti son bloc et s’est mis au travail. Une fois son dessin terminé, il a très gentiment accepté de poser pour nous – un joli « sourire du lundi » ! – et beaucoup apprécié notre badge en retour. Bye, Andrew! Have a nice stay in Paris!

Et puis… longue vie au Pont des Arts, qui rime avec hasard et porte bien son nom !

.

Publicités

De retour du No Mad Festival !

Il y a un mois, Les Croqueuses étaient invitées au No Mad Festival et tenaient stand sur les quais de Pontoise. C’est à cette occasion qu’Anne et Aurélie ont animé un atelier « carnet de voyage » à bord de l’Eva-Na. Nous avons publié la vidéo de ce moment magique… mais pas encore parlé du festival dans son ensemble.

S’il fallait le résumer d’un seul mot, nous dirions « réussite » ! Car vous avez été nombreux à venir nous voir, nous parler, feuilleter nos carnets, curieux de ce que nous faisons. Votre enthousiasme nous conduit même à repenser certaines choses : nous n’avions jamais envisagé de vous proposer des stages, mais la demande récurrente et le succès de celui du dimanche – une idée de l’Office de Tourisme de Cergy-Pontoise – pourrait bien nous faire changer d’avis. Qu’en pensez-vous ?

Plus largement, le No Mad Festival fut une belle réussite par son programme riche et intelligent – ce qui veut dire très frustrant pour les exposants, qui ne peuvent en profiter vraiment !

Néanmoins, deux choses nous ont principalement marquées. D’abord, l’ambiance générale très bon enfant, festive et estivale, avec de belles soirées qui se terminent en bal. Ensuite – et c’est normal pour des Croqueuses – la découverte de la cuisine tibétaine, absolument délicieuse ! Quelle bonne idée, d’avoir confié le dîner des invités à l’association La Pierre Blanche, qui aide (entre autres) les réfugiés ! Modestes et pourtant pleins de talents, nos hôtes nous ont régalé les papilles, les pupilles… et même les oreilles, par des chants traditionnels offerts avec le cœur. Merci à eux, et merci à toute l’équipe du Festival, pour son accueil, sa confiance et son efficacité !

 

Rendez-vous au No Mad Festival !

Chers visiteurs, @mis et @bonnés, sortez vos agendas : Les Croqueuses de Paris vous attendent les samedi 16 et dimanche 17 juin prochains au No Mad Festival, co-organisé par Babel Voyages et l’Office de Tourisme de Cergy-Pontoise !

Nous y tiendrons un stand, chaque jour à partir de 14 heures, et animerons également un stage à bord de l’Eva-Na, le bateau des « croisières impressionnistes », le dimanche de 15h à 17h30. Si cela vous intéresse, il faudra vous inscrire (voir ici) car le nombre de places est limité.

Sur notre stand, vous pourrez voir une sélection de nos kakemonos, feuilleter nos carnets de croquis et acheter nos cartes postales – dont deux nouveaux modèles, que nous avons hâte de vous montrer ! Et, pour la première fois, nous vous proposerons aussi quelques œuvres originales à vendre… (D’ailleurs, vous pouvez suivre tous ces préparatifs sur Facebook et Instagram.)

Le programme de ce festival qui prône le voyage responsable est vraiment passionnant, avec de nombreux invités, des films, des conférences, des expositions, des concerts, des ateliers, des stands d’artisanat et de cuisine du monde et même… un bal salsa : venez partager tout cela avec nous !