Exposition L’Art en Broderie { Musée de Cluny }

Quelles chanceuses, ces Croqueuses, invitées dans les musées à de passionnantes visites privées ! Après deux superbes expositions chez Picasso, nous voilà cette fois propulsées dans le passé, au pays des merveilles brodées…

RETOUR À CLUNY

Oh, pas le Cluny de Saône-et-Loire – nous restons à Paris ! – mais celui du Quartier Latin, de la Sorbonne et des Thermes Antiques. D’ailleurs, pourquoi le Musée du Moyen-Âge porte-t-il ce nom ? Tout simplement parce que le bel hôtel particulier qu’il occupe, construit au XIIIème siècle, abritait autrefois les abbés de l’ordre de Cluny qui enseignaient à l’Université. Entre eux et nous, au fil de l’histoire, le bâtiment a connu de nombreuses aventures plus ou moins douloureuses. Finalement, c’est grâce à l’un de ses locataires – Alexandre du Sommerard, conseiller à la Cour des Comptes et collectionneur passionné – que le musée verra le jour, en 1843. L’hôtel de Cluny sera classé dès 1846, suivi des thermes en 1862.

Car ce lieu dédié au Moyen-Âge a néanmoins la particularité de se tenir sur l’un des plus importants vestiges du Lutèce antique : les thermes romains. Ce que l’on en voit aujourd’hui ne représente hélas qu’une petite partie de l’ensemble, qui s’étendait alors sur plusieurs hectares. On y venait pour se laver, mais également se faire couper les cheveux, se détendre, lire – les thermes possédaient une bibliothèque – ou bavarder. Ce véritable « complexe thermal » comprenait aussi un gymnase où l’on pratiquait toutes sortes d’activités physiques. Une autre référence à l’Antiquité vous attend d’ailleurs dans le square Paul-Painlevé, juste devant l’hôtel de Cluny : une réplique de la fameuse Louve Capitoline, offerte par la ville de Rome à Paris en 1962, lors du jumelage des deux capitales. Clin d’œil amusant du destin puisque l’on sait maintenant (depuis 2012 seulement !) que cette statue prétendument étrusque (Vème siècle avant JC) date finalement du… Moyen-Âge !

Mais, puisque les époques se suivent, il n’est pas interdit de les relier entre elles – notamment par l’architecture. C’est le pari du chantier mené par Bernard Desmoulins, chargé de rénover le musée. Certes, l’hôtel médiéval est fermé. Cependant le reste des espaces, y compris les plus récents, est ouvert : cette magnifique exposition sur la broderie est l’occasion rêvée de les découvrir.

L’ART EN BRODERIE

Christine Descatoire, la commissaire d’exposition qui nous a guidées d’un trésor à l’autre explique ainsi ses choix : sortir ces pièces rarissimes des réserves du musée – où on les garde précieusement, car elles sont extrêmement fragiles – et les associer à d’autres, tout aussi précieuses, venues de collections étrangères doit servir à réévaluer la broderie comme art à part entière. Ne l’appelait-on pas, à l’époque, « la peinture à l’aiguille » ? C’est pourquoi les œuvres brodées présentées ici sont rapprochées d’autres réalisations, peintes ou gravées, qui leur sont contemporaines.

Savez-vous qu’il fallait faire huit ans d’apprentissage avant de pouvoir prétendre officiellement au statut de brodeur ? Rien d’étonnant quand on observe la finesse de chaque réalisation. D’autant que ces œuvres de soie, de velours, filées d’or ou d’argent, parfois ornées de perles… étaient toujours destinées à de puissants commanditaires – rois, clercs de haut rang, etc. Elles avaient fonction de marqueurs sociaux, de « signes extérieurs de richesse » pourrait-on dire. Et la corporation des brodeuses et brodeurs parisiens était elle-même très puissante.

Après deux premières vitrines consacrées aux différents types de points (très élaborés) ainsi qu’aux outils (ciseaux, dés, forces) et aux livres de modèles (ancêtres de nos « tutos » d’aujourd’hui), l’exposition se déroule ensuite à la fois chronologiquement et géographiquement à travers l’Europe germanique, anglaise, flamande, française et italienne. La scénographe a travaillé les blocs de présentation du blanc au pourpre en passant par un dégradé de roses, couleurs directement inspirées de celles de la voûte du frigidarium. Profitez de l’harmonie ainsi créée pour admirer les proportions exceptionnelles du lieu !

Comme d’habitude, chaque Croqueuse aura son petit « coup de cœur » qu’elle choisira de dessiner. Aurélie se passionnera pour le magnifique léopard héraldique (ne pas confondre avec le lion, toujours présenté de profil !) ornant un caparaçon (housse d’apparat pour cheval) du roi Edouard III d’Angleterre, arrivé au musée en 1922 sous forme de… chasuble. (Vive la récup’ ! Sa forme initiale lui a néanmoins été rendue en 1939.) Anne choisira de croquer une aumônière de luxe, tandis que Véronique préfèrera quelques appliques à l’effigie de saints martyrs : les visages la fascinent. « On pourrait presque les croire tirés d’albums jeunesse d’aujourd’hui » dit-elle, amusée. (Tiens, en parlant de lecture pour enfants, voici le livret-jeu de l’exposition tout spécialement conçu pour eux.)

« DIS BONJOUR À LA DAME »

Et Fabienne, dans tout ça… qu’a-t-elle choisi de dessiner ? Eh bien, même si l’aumônière aux personnages contournés de fil noir « à la manière d’une bande dessinée franco-belge » la font « totalement craquer », la coquine prendra la tangente vers les collections permanentes, passant ainsi allégrement de la broderie à la tapisserie – ne pas confondre, attention ! Que voulez-vous, c’est plus fort qu’elle. Impossible de résister à l’appel de la star ! Mais si, vous savez bien : l’œuvre incontournable, la « Joconde du Musée de Cluny »… La Dame à la Licorne, voyons !

La nouvelle muséographie est belle, réussie. On y arrive doucement, par une sorte de corridor dont les murs sont ponctués de citations et les yeux s’habituent peu à peu à l’obscurité. L’éclairage tamisé permet bien sûr d’admirer les tentures sans trop les endommager mais aussi d’oublier la foule. (Puisque c’est une star, nombreux sont ses admirateurs venus du monde entier.) Quant aux banquettes spacieuses placées au centre de la pièce, elles sont parfaites pour s’installer carnet en mains.

Il faut le dire encore : pendant que s’achève le quatrième et dernier volet des travaux de rénovation du musée, les œuvres les plus emblématiques y sont toujours visibles, avec de superbes expositions en prime. Alors, courrez-y ! D’autant qu’il y a urgence… Savez-vous que les œuvres textiles sorties des réserve pour l’occasion le sont suivant un protocole très strict ? Trois mois d’exposition pour trois ans de réserve : ne ratez pas le coche !

Enfin, si la broderie vous attire mais que vous ne l’avez jamais pratiquée, peut-être serez-vous intéressés par l’animation proposée dimanche 1er décembre. En effet, les élèves de l’école Duperré – qui ont imaginé puis réalisé les créations contemporaines inspirées des collections du musée à voir dans la dernière salle de l’exposition – vous offrent une initiation à la broderie. C’est libre, sans inscription et gratuit. Bref, aucune excuse pour ne pas se lancer ! Merci qui ? ;-)

Et nous, Les Croqueuses, nous remercions chaleureusement toute l’équipe du musée pour son accueil adorable et savant, notamment Christine Descatoire et Aline Damoiseau. Gentes dames, grâce à vous, nous avons découvert de très belles choses – ce, dans une ambiance des plus sympathiques. C’est pourquoi nous avons un aussi grand plaisir à les partager par-ici : merci !

{ Infos Pratiques }

La nouvelle entrée du Musée de Cluny se trouve au n°28 de la rue Du Sommerard, dans le 5ème arrondissement. Métro Saint-Michel ou Cluny-La Sorbonne. Il est ouvert du mercredi au lundi, de 9h15 à 17h45. (Plus de renseignements ici.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s