Paris, c’est Panoramique !

Ce soir, notre petit rendez-vous est un peu spécial. Très exceptionnellement, il n’a pas lieu dans un endroit public mais chez l’une d’entre nous, qui déménage bientôt.

Il faut dire que c’est au Métro Télégraphe, l’un des points culminants de la capitale, sur la colline de Belleville – on pourrait même y faire un trek urbain ! Bref, de chez elle on voit tout Paris. (La première fois que j’y suis allée, je ne décollais plus de la fenêtre !) Pas question de quitter cet endroit sans le partager avec Les Croqueuses.

Et puis, vous nous connaissez maintenant : pas question non plus de manquer une occasion de se régaler, une fois les crayons rangés ! Notre hôte partage volontiers ses recettes et celle-ci n’est pas compliquée. Il s’agit d’une salade composée de cœur de laitue, tomate noire, concombre, avocat, mozzarella, poulet pané (maison), basilic, oignon nouveau, noix de cajou, huile d’olive, crème balsamique… Bon appétit !

Un Paris très Orthodoxe

Au cœur du XIXème arrondissement, tout près des Buttes Chaumont, au numéro 93 de la rue de Crimée, se trouve le très officiel Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge de Radonège et son église étonnante. Ancienne paroisse protestante à l’abandon, elle est acquise le 18 juillet 1924, jour de la Saint Serge, par l’Église orthodoxe. (Jusqu’à la Première Guerre mondiale, elle accueillait de nombreux émigrés allemands qui laissèrent place, après la Révolution de 1917, aux réfugiés russes arrivés à Paris.)

On y trouve également une librairie religieuse, mais surtout une bibliothèque faisant référence, avec un fonds de plus de 35 000 volumes en russe, français, grec, serbe, allemand et anglais.

De la rue, on ne devine rien. Seul un symbole couronnant le portail peut confirmer au visiteur un peu curieux qu’il est bien arrivé. Passée la première courette en longueur, on entre dans un véritable îlot de verdure. Au centre, émerge des arbres cette architecture pleine de charme, ornée de bois coloré. Les peintures, à l’intérieur, sont l’œuvre du peintre russe Dmitri Semionovitch Stelletsky.

Lors de notre séance, le Pope – Milan, de son prénom – fera son apparition, visiblement ravi de nous trouver concentrées sur nos croquis, les oreilles disponibles pour le récit de cette histoire !